Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2017

Touria El Hadraoui

 

touria el hadraoui, équivoxes, pot aux rosesTouria Hadraoui a déjà vécu plusieurs vies : elle a étudié et enseigné la philosophie puis pratiqué le journalisme et fondé une revue ; elle a milité pour la culture et pour la femme. ” Habitée, dit-elle, par le chant depuis sa plus tendre enfance “, elle a rencontré le malhoun, une forme ancestrale de poésie chantée. C’est auprès du maître El Haj Benmoussa qu’à partir de 1988, elle s’est initiée à cet art. Trois ans d’apprentissage pour se familiariser avec cet “univers fabuleux”. Touria Hadraoui s’est approprié ce genre jusqu’alors apanage des hommes. Aujourd’hui, elle le chante à la manière ancienne. Comme un supplément d’âme, elle lui a instillé, dit-on, ” élégance, grâce et distinction “.
” Il y a une douleur dans la vie sans les livres ” dit cette lectrice fervente à laquelle les livres ont ouvert les chemins de la réflexion et du rêve. Dans les écrits des prestigieux maîtres soufis, elle puise les ferments d’une quête mystique et, depuis la fin des années 90, interprète aussi ce répertoire. Entre autres, en dialecte marocain, des textes d’Al Harrak, disparu en 1844, qu’elle a parés de sa musique. Souvent, les chants soufis évoquent l’amour et le désir. L’amour divin, le désir d’une rencontre spirituelle. Mystiques et profanes à la fois, ils invitent à l’ivresse des sens, ils conviennent à l’extase, à un voyage au-delà des frontières de l’être… Des chants qui convoquent ” tout un corps ” et non seulement ” deux yeux qui lisent “. Et ” l’écho de l’aube se répercute encore dans la voix de Touria Hadraoui “, écrit Abdallah Zrika. Un timbre étrange, ” fragile et ample “. Véhicule des sortilèges, cette voix investit la mémoire pour tenter de pérenniser la tradition musicale.

Collaborations

Louis Sclavis, Simon Nabatov et Corrie Van Binsbergen (pour les musiques contemporaine et improvisée), Richard Martin (pour le théâtre), Abdallah Zrika (pour la poésie et la littérature), Geneviève Sorin et Jacques Siron (pour la danse), etc.

 

Discographie sélective

1988 :  « zine essoura » in « music from africa » UNESCO/ label bleu
2005 : « el Jafn » in saison 2004/2005 théâtre de la ville, paris.
2007 : avec simon nabato « concert live à bordeaux » enregistré lors du festival musiques de nuit les 23 et 24/11/2007.

Publication

une enfance marocaine – roman (Ed. Le Fennec – Casablanca) [2008]

Presse
Touria est une Marocaine qui a un grand courage, parce qu’elle a décidé d’interpréter, elle femme, des poèmes… d’habitude chantés par des hommes. C’est donc, une grande aventure… C’est la première fois qu’une femme ose chanter ces poèmes. Ces chants sont troublants, parce que les inflexions de la voix, sont un peu comme dans le prélude pour la suite de violoncelle de Bach ; c’est la voix seule, c’est la force de la voix humaine, c’est magnifique, tout est là : le corps, les sens…(…) Touria est une femme qui représente la nouvelle culture maghrébine dans tout ce qu’elle a d’épanouie et de merveilleux. Cette voix nous apporte tant. C’est une sensibilité nouvelle, une nouvelle harmonie qui nous est proposée.
Jean-Marie Le Clézio au micro de Jacques Chancel, France Musique

 

touria el hadraouiu, équivoxes, pot aux roses

Touria El Hadraoui, improvisation

Écrire un commentaire