Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2018

Frédérique de Carvalho & Tamia Valmont

poésie, Frédérique de Carvalho, equivoxes, pot aux roses, quimper, novomaxFrédérique de Carvalho vit et travaille dans les Alpes de Haute Provence.
Après avoir été éducatrice justice et enseignante spécialisée, elle se consacre depuis plus de quinze ans au partage de l’expérience d’écriture par le biais d’ateliers d’écriture, de stages de création littéraire et de stages de marche-écriture qu’elle anime au sein de l’association Terres d’encre qu’elle a co-créée en 1998.
Elle a également co-créé en 2000 une rencontre d’écritures annuelle autour de la poésie contemporaine et de l’art nommée
Les Petits Toits du Monde en hommage aux Himalayas et à l’esprit nomade.
En parallèle elle forme des animateurs d’ateliers d’écriture « tous publics » et pour publics « spécifiques », notamment dans le cadre de la psychiatrie.
Elle a publié quelques poèmes dans les revues
Dans la lune, Neige d’août, Triages et La canopée.
Elle a publié, dans la collection
Le vent refuse, un livre d’artiste : livre avec peintures et collages, conçu et fabriqué par la plasticienne, écrivain, éditrice Jacqueline Merville en accompagnement de son poème Julien.
Et elle a publié son premier recueil de poèmes,
journal du (cheminement parmi) chez Propos2éditions en avril 2014. www.propos2editions.com

Sinon,
elle aime les montagnes, les forêts, les océans,
la solitude comme le partage,
lire écrire, écrire lire,
marcher.

 

La chanteuse Tamia Valmont crée ce qu’elle nomme des « polyphonies solitaires » qui explorent toutes les possibilités de la voix humaine. Artiste à la renommée internationale, elle est aussi une pédagogue rare qui n’a de cesse de transmettre son art depuis 50 ans.

 

Tamia Valmont, blog Médiapart de Jean-Jacques Birgé

Tamia Valmont, équivoxes, pot aux rosesLes voix de Tamia sont les perles d'un collier qu'un fil relie magiquement d'île en île. Cette énigme de l'Atlantide révèle tous Les chants de la Terre par un passage secret où le sacré n'a d'autre source qu'une humanité retrouvée, malgré les assauts du temps et la folie des hommes...

Après trente ans d'une carrière internationale commencée avec son étonnante apparition au cours d'un concert mythique au Festival de Châteauvallon en 1972 au sein d'un Unit¹ réunissant Michel Portal, Bernard Vitet, Beb Guérin, Léon Francioli et Pierre Favre, la chanteuse Tamia avait disparu de la scène, et même disparu tout court. En 1977 nous avions partagé maintes improvisations avec Un Drame Musical Instantané² avant que Tamia ne se produise essentiellement en solo, puis en duo avec le percussionniste Pierre Favre (2 disques chez ECM). Son enseignement forma longtemps de nombreux vocalistes. La notoriété de cette chanteuse de new soul poussa notre Tamia à ajouter Valmont à son nom pour éviter toute confusion. Après un passage à vide qui guette tout créateur indépendant, Tamia refait aujourd'hui surface en rééditant son album sorti en 1999 chez Universal (elle a juste changé l'ordre des pièces) et annonce la sortie prochaine d'un tout nouvel opus.

Dans la nouvelle version de son CD
Les chants de la terre Earth Songs à capella ou accompagnée par le percussionniste Xavier Desandre-Navarre et le multi-instrumentiste Henri Agnel, Tamia revisite les continents et les réinvente en enregistrant sa voix sur plusieurs pistes, convoquant de temps en temps un chœur, sans aucune parole, jouant des possibilités incroyables de la voix humaine, seule divinité immatérielle de ses rituels purificateurs. Nancy Houston, qui s'est inspirée de Tamia pour le personnage principal de son roman Lignes de faille, signe le texte de présentation de cet album merveilleux.

→ Tamia Valmont,
Les chants de la terre Earth Songs, Eolico 01 (réédition de l'album paru initialement chez Universal)
¹ Michel Portal Unit
No, no but it may be, réédité en CD dans une version inédite intégrale, Universal
² Un Drame Musical Instantané,
Poisons, GRRR

Écrire un commentaire